Bienvenue en Ostaria !

__________________

Actualités - Derniers articles - Chirper™ - Journal Officiel

Devenir MJ ?

Petit guide pour les politiciens en herbe

NOUS SOMMES EN L'AN 174

__________________

Lycée public Nicolas Barouel

Maire :
Population :
9 573 195
Répondre
Avatar du membre
État d'Ostaria
Institution
Messages : 95
Enregistré le : dim. 10 mars 2019 17:14
Personnage : Principal

mer. 5 févr. 2020 17:34

Lycée public Nicolas Barouel
12 Parvis de Saint Paul

Ce lycée est un lycée moderne de la ville de Lunont, dans la moyenne des résultats nationaux.

Image

Avatar du membre
Albert Riccardo
Vice-Président de l'Assemblée
Messages : 54
Enregistré le : mar. 13 août 2019 17:22
Personnage : Secondaire

Parti politique

mer. 5 févr. 2020 17:36

Albert était venu visiter ce lycée en compagnie de représentants des parents d’élèves. Il voulait afficher la volonté de l’Union Libérale de toujours se tenir aux côtés des familles. Il arriva devant les grilles de l’établissement accompagné donc par 4 parents d’élèves et deux professeurs.

Ils furent accueillis dans le hall par le chef de l’établissement. Une visite du lycée dura alors quelques dizaines de minutes à l’issue desquelles le candidat et sa compagnie se rendirent en salle des professeurs pour échanger librement avec les professeurs, ainsi que quelques représentants des élèves et de leurs parents, des problèmes tant locaux que nationaux au sujet de l’éducation.

Après avoir passé environ deux heures sur le site, Albert sortit du batîment, accueilli par des journalistes, à qui il fit une déclaration.


Riccardo : L’éducation est un sujet majeur pour l’Union Libérale. Nous savons que l’avenir d’Ostaria se joue ici, là où ceux qui sont aujourd’hui des élèves deviendront de brillants dirigeants de notre nation. Nous avons besoin de former tant des hauts-fonctionnaires qu’une main d’oeuvre ouvrière qualifiée. Pour cela, nous devons revoir notre copie sur bien des plans.

Tout d’abord, nous voulons en finir avec le puéril système de la notation. Il ne s’agit que d’une volonté d’entretenir une volonté de compétition entre les élèves. Les élèves sont ici pour valider des compétences, et nous souhaitons que ce soit là dessus qu’ils soient évalués, sans résultat chiffré.

Nous voulons également supprimer l’Éducation Physique, qui est, ennuyante pour les plus performants et trop complexe et démoralisante pour les moins sportifs. Nous proposons de la remplacer par une inscription obligatoire dans un club de sport, dont certains seront dirigés par les établissements scolaires et donc gratuits. Chacun pourra donc choisir une discipline qu’il aime, tout en pratiquant du sport qui est un enjeu de santé publique rappelons le.

Puisque nous parlons de santé publique, nous voulons alléger le poids des cartables. Plusieurs kilogrammes dès 6, 7 ou 8 ans, ce n’est pas acceptable. Nous proposons donc de soutenir la transition vers le numérique, afin d’abolir l’usage du manuel papier.

Nous voulons également que nos enfants soient préparés à ce qui les attend sur le plan des enjeux du monde. Nous voulons développer, dès le 8ème niveau, des cours de sciences économiques. En tant qu’ancien universitaire et économiste, je sais combien c’est important pour les élèves.

Enfin, nous voulons valoriser les compétences de nos élèves en matière notamment de longues vivantes étrangères. Nous allons créer un système d’évaluation avec des niveaux allant de A à E pour chaque langue vivante et le test pourra être passé moyennant finance chaque année, mais sera proposé aux élèves gratuitement tous les deux ans, afin qu’ils puissent disposer d’un bon point de ce genre sur leur CV.

Alors pour toutes ces raisons, j’encourage les professeurs et parents d’élèves soucieux de faire de l’éducation ontariennes un modèle du genre à voter UL. Je vous remercie.

Albert monta dans alors dans une voiture pour continuer sa campagne.

Député Union Libérale de Tuse
Vice-Président de l'Union Libérale

Avatar du membre
Grégoire Constant
Député
Messages : 5
Enregistré le : jeu. 23 janv. 2020 23:27
Personnage : Secondaire

sam. 8 févr. 2020 18:50

De passage après Albert Riccardo, Grégoire savait qu'il n'avait pas beaucoup d'efforts à faire pour convaincre mieux que le centriste, il était venu tout naturel pour aborder la politique de l'Union de la Gauche et plus précisément du PCO. Il rencontra des parents d'élèves, des lycéens et des professeurs, puis il se laissa aller à faire une petite déclaration devant tout ce beau monde rassemblé dans la cour.

Grégoire Constant : Bonjour,

J'ai entendu dire qu'un certain Riccardo était venu ici pour dire des bêtises comme à son habitude. J'ai notamment entendu qu'il parlait de supprimer les livres scolaires et de préférer les tablettes, tutti quanti et confettis. Une école sans papier ? Et bientôt l'école sans élève ? Les manuels papiers ne sont pas source de déforestation, on produit un papier de qualité en Ostaria avec les résidus du bois qui sert à la menuiserie entre autre et à l'ébénisterie. Le numérique quant à lui, impose d'aller faire fouiller à des enfants de l'âge de vos petits frères ou moins, des mines de métaux rares dans des pays miséreux. Quand on veut une école responsable, on ne lui impose pas de fonder son apprentissage sur la misère et l'exploitation d'esclaves de moins de 20 ans surtout quand il existe une solution durable et qui permet une production locale.
Cet homme entend également supprimer le sport en cours, c'est à dire l'exercice sportif républicain et universel pour obliger les jeunes à s'inscrire à des clubs sportifs. C'est à dire à l'inégalité. Qu'on le veuille ou non, les urbains seront favorisés sur les campagnards et les riches sur les pauvres. Les clubs privés qui sauront avoir le monopole dans un coin du pays pourront augmenter leur tarif déréglementé et les enfants de riches auront une meilleure éducation sportive et un meilleur suivi sur la pratique sportive qui est un enjeu de santé.
Concernant ses propositions de cours économiques. Je n'y suis pas opposé par principe mais cela va dans le sens d'une marchandisation de l'éducation dans le sens où l'enseignement s'adapte aux demandes du marché et ce n'est pas tolérable. Alors oui, on peut donner des cours de sciences économiques et de sciences politiques, mais pas avec les compétences requises pour les petits boulots du tertiaire où la demande en terme d'emploi est croissante. L'éducation est un droit individuel et ne doit pas s'adapter aux demandes du marché.
Enfin rapidement que dire du projet de faire des tests de langue vivante étrangère que seuls les plus riches pourront passer tous les ans ? Les élèves pauvres et en difficulté qui ne peuvent pas se payer de cours particuliers privés -qui sont un véritable business en Ostaria- seront doublement défavorisés par cette mesure que je juge à la hauteur des bassesses de Monsieur Riccardo.

Pour sortir du mensonge de Riccardo qui affirme que chacun a droit à une éducation qui le mènera loin et qui propose le contraire, je souhaiterais dire deux mots sur la marchandisation du travail. L'éducation s'adapte aux besoins du marché, or ces besoins quels sont-ils ? Une main d'oeuvre sous-éduquée et une élite hautement formée. Dans la logique libérale, la première doit être éduquée avant l'âge légal du travail pour que les pauvres puissent se mettre au labeur dès la fin de l'école obligatoire, la seconde doit être formée prestigieusement selon ses capacités financières. C'est un système profondément inégal mais adapté au monde du travail. Est-ce que c'est cela que nous voulons ? Une éducation dont les objectifs sont fixés par les recrutements des multinationales ? Je ne crois pas. Les emplois à faible formation connaissent une recrudescence sans faille et sans fin et le projet de Riccardo et de toute la clique de droite c'est de s'adapter à ces besoins. Nous, nous sommes partisans d'une éducation indépendante qui soit adaptée au parcours de tous vers de longue études. Il faut que le système soit fait pour que chacun puisse aller loin et non pas partant du principe que la majorité ne doivent pas aller loin.

Ce que demande et propose le Parti Communiste c'est une éducation moderne avec plus de professeurs, plus de classes, plus d'enseignement et cela requiert plus de moyens. Nous ne pouvons pas faire mieux avec moins ou en délaissant certaines prérogatives pour le privé. Nous voulons une école forte et nous devons nous en donner les moyens pour l'égalité. Pour cela il faudra développer le nombre d'écoles, de collèges et de lycées sur tout le territoire, nous devrons augmenter considérablement les places à l'université et dans les centres de formation et d'apprentissage professionnel, bref nous devons avoir une augmentation globale de nos moyens d'enseignement car nous avons une demande globale qui augmente. Nous devons assurer et garantir à chacun une éducation de qualité et gratuite en toute circonstance. Nous ne voulons plus d'un pays dans lequel ceux qui réussissent le doivent avant tout au soutien privé hors de prix alors que nous avons les moyens de faire du parcours de chacun une réussite !

Grégoire répondit à quelques questions puis s'en alla.

Répondre

Retourner vers « ★ Lunont »

  • Informations
  • Qui est en ligne

    Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 0 invité