Bienvenue en Ostaria !

__________________

Actualités - Derniers articles - Chirper™ - Journal Officiel


Petit guide pour les politiciens en herbe

NOUS SOMMES EN L'AN 180

__________________

Lycée public Nicolas Barouel

Maire : Erope Pendra
Population :
9 573 195
Répondre
Avatar du membre
État d'Ostaria
Institution
Messages : 116
Enregistré le : dim. 10 mars 2019 17:14
Personnage : Principal

mer. 5 févr. 2020 17:34

Lycée public Nicolas Barouel
12 Parvis de Saint Paul

Ce lycée est un lycée moderne de la ville de Lunont, dans la moyenne des résultats nationaux.

Image

Avatar du membre
Albert Riccardo
Vice-Premier Ministre
Messages : 78
Enregistré le : mar. 13 août 2019 17:22
Personnage : Secondaire

Parti politique

mer. 5 févr. 2020 17:36

Albert était venu visiter ce lycée en compagnie de représentants des parents d’élèves. Il voulait afficher la volonté de l’Union Libérale de toujours se tenir aux côtés des familles. Il arriva devant les grilles de l’établissement accompagné donc par 4 parents d’élèves et deux professeurs.

Ils furent accueillis dans le hall par le chef de l’établissement. Une visite du lycée dura alors quelques dizaines de minutes à l’issue desquelles le candidat et sa compagnie se rendirent en salle des professeurs pour échanger librement avec les professeurs, ainsi que quelques représentants des élèves et de leurs parents, des problèmes tant locaux que nationaux au sujet de l’éducation.

Après avoir passé environ deux heures sur le site, Albert sortit du batîment, accueilli par des journalistes, à qui il fit une déclaration.


Riccardo : L’éducation est un sujet majeur pour l’Union Libérale. Nous savons que l’avenir d’Ostaria se joue ici, là où ceux qui sont aujourd’hui des élèves deviendront de brillants dirigeants de notre nation. Nous avons besoin de former tant des hauts-fonctionnaires qu’une main d’oeuvre ouvrière qualifiée. Pour cela, nous devons revoir notre copie sur bien des plans.

Tout d’abord, nous voulons en finir avec le puéril système de la notation. Il ne s’agit que d’une volonté d’entretenir une volonté de compétition entre les élèves. Les élèves sont ici pour valider des compétences, et nous souhaitons que ce soit là dessus qu’ils soient évalués, sans résultat chiffré.

Nous voulons également supprimer l’Éducation Physique, qui est, ennuyante pour les plus performants et trop complexe et démoralisante pour les moins sportifs. Nous proposons de la remplacer par une inscription obligatoire dans un club de sport, dont certains seront dirigés par les établissements scolaires et donc gratuits. Chacun pourra donc choisir une discipline qu’il aime, tout en pratiquant du sport qui est un enjeu de santé publique rappelons le.

Puisque nous parlons de santé publique, nous voulons alléger le poids des cartables. Plusieurs kilogrammes dès 6, 7 ou 8 ans, ce n’est pas acceptable. Nous proposons donc de soutenir la transition vers le numérique, afin d’abolir l’usage du manuel papier.

Nous voulons également que nos enfants soient préparés à ce qui les attend sur le plan des enjeux du monde. Nous voulons développer, dès le 8ème niveau, des cours de sciences économiques. En tant qu’ancien universitaire et économiste, je sais combien c’est important pour les élèves.

Enfin, nous voulons valoriser les compétences de nos élèves en matière notamment de longues vivantes étrangères. Nous allons créer un système d’évaluation avec des niveaux allant de A à E pour chaque langue vivante et le test pourra être passé moyennant finance chaque année, mais sera proposé aux élèves gratuitement tous les deux ans, afin qu’ils puissent disposer d’un bon point de ce genre sur leur CV.

Alors pour toutes ces raisons, j’encourage les professeurs et parents d’élèves soucieux de faire de l’éducation ontariennes un modèle du genre à voter UL. Je vous remercie.

Albert monta dans alors dans une voiture pour continuer sa campagne.


Avatar du membre
Grégoire Constant
Messages : 121
Enregistré le : jeu. 23 janv. 2020 23:27
Personnage : Secondaire

Parti politique

sam. 8 févr. 2020 18:50

De passage après Albert Riccardo, Grégoire savait qu'il n'avait pas beaucoup d'efforts à faire pour convaincre mieux que le centriste, il était venu tout naturel pour aborder la politique de l'Union de la Gauche et plus précisément du PCO. Il rencontra des parents d'élèves, des lycéens et des professeurs, puis il se laissa aller à faire une petite déclaration devant tout ce beau monde rassemblé dans la cour.

Grégoire Constant : Bonjour,

J'ai entendu dire qu'un certain Riccardo était venu ici pour dire des bêtises comme à son habitude. J'ai notamment entendu qu'il parlait de supprimer les livres scolaires et de préférer les tablettes, tutti quanti et confettis. Une école sans papier ? Et bientôt l'école sans élève ? Les manuels papiers ne sont pas source de déforestation, on produit un papier de qualité en Ostaria avec les résidus du bois qui sert à la menuiserie entre autre et à l'ébénisterie. Le numérique quant à lui, impose d'aller faire fouiller à des enfants de l'âge de vos petits frères ou moins, des mines de métaux rares dans des pays miséreux. Quand on veut une école responsable, on ne lui impose pas de fonder son apprentissage sur la misère et l'exploitation d'esclaves de moins de 20 ans surtout quand il existe une solution durable et qui permet une production locale.
Cet homme entend également supprimer le sport en cours, c'est à dire l'exercice sportif républicain et universel pour obliger les jeunes à s'inscrire à des clubs sportifs. C'est à dire à l'inégalité. Qu'on le veuille ou non, les urbains seront favorisés sur les campagnards et les riches sur les pauvres. Les clubs privés qui sauront avoir le monopole dans un coin du pays pourront augmenter leur tarif déréglementé et les enfants de riches auront une meilleure éducation sportive et un meilleur suivi sur la pratique sportive qui est un enjeu de santé.
Concernant ses propositions de cours économiques. Je n'y suis pas opposé par principe mais cela va dans le sens d'une marchandisation de l'éducation dans le sens où l'enseignement s'adapte aux demandes du marché et ce n'est pas tolérable. Alors oui, on peut donner des cours de sciences économiques et de sciences politiques, mais pas avec les compétences requises pour les petits boulots du tertiaire où la demande en terme d'emploi est croissante. L'éducation est un droit individuel et ne doit pas s'adapter aux demandes du marché.
Enfin rapidement que dire du projet de faire des tests de langue vivante étrangère que seuls les plus riches pourront passer tous les ans ? Les élèves pauvres et en difficulté qui ne peuvent pas se payer de cours particuliers privés -qui sont un véritable business en Ostaria- seront doublement défavorisés par cette mesure que je juge à la hauteur des bassesses de Monsieur Riccardo.

Pour sortir du mensonge de Riccardo qui affirme que chacun a droit à une éducation qui le mènera loin et qui propose le contraire, je souhaiterais dire deux mots sur la marchandisation du travail. L'éducation s'adapte aux besoins du marché, or ces besoins quels sont-ils ? Une main d'oeuvre sous-éduquée et une élite hautement formée. Dans la logique libérale, la première doit être éduquée avant l'âge légal du travail pour que les pauvres puissent se mettre au labeur dès la fin de l'école obligatoire, la seconde doit être formée prestigieusement selon ses capacités financières. C'est un système profondément inégal mais adapté au monde du travail. Est-ce que c'est cela que nous voulons ? Une éducation dont les objectifs sont fixés par les recrutements des multinationales ? Je ne crois pas. Les emplois à faible formation connaissent une recrudescence sans faille et sans fin et le projet de Riccardo et de toute la clique de droite c'est de s'adapter à ces besoins. Nous, nous sommes partisans d'une éducation indépendante qui soit adaptée au parcours de tous vers de longue études. Il faut que le système soit fait pour que chacun puisse aller loin et non pas partant du principe que la majorité ne doivent pas aller loin.

Ce que demande et propose le Parti Communiste c'est une éducation moderne avec plus de professeurs, plus de classes, plus d'enseignement et cela requiert plus de moyens. Nous ne pouvons pas faire mieux avec moins ou en délaissant certaines prérogatives pour le privé. Nous voulons une école forte et nous devons nous en donner les moyens pour l'égalité. Pour cela il faudra développer le nombre d'écoles, de collèges et de lycées sur tout le territoire, nous devrons augmenter considérablement les places à l'université et dans les centres de formation et d'apprentissage professionnel, bref nous devons avoir une augmentation globale de nos moyens d'enseignement car nous avons une demande globale qui augmente. Nous devons assurer et garantir à chacun une éducation de qualité et gratuite en toute circonstance. Nous ne voulons plus d'un pays dans lequel ceux qui réussissent le doivent avant tout au soutien privé hors de prix alors que nous avons les moyens de faire du parcours de chacun une réussite !

Grégoire répondit à quelques questions puis s'en alla.

Avatar du membre
Pauline Dunberg
Ministre
Messages : 62
Enregistré le : lun. 30 mars 2020 07:00
Personnage : Principal

Parti politique

mer. 1 avr. 2020 08:26

Pauline Dunberg s'est rendue ce jour à la rencontre des étudiants du Lycée public Nicolas Barouel.

Image

C'est toujours un plaisir de venir à la rencontre des jeunes car c'est vous qui façonnerait dans quelques temps notre pays et c'est vous qui êtes à l'origine de notre avenir. Je le sais, il n'est pas toujours facile pour vous d'imaginer cet avenir dans un pays qui était encore en guerre il y a quelques temps, dans un pays où l'espérance de vie ne cesse de croître et donc où l'arrivée sur le marché du travail se fait de plus en plus tard.

Je ne suis pas venue ici pour blablater comme tant d'autres de mes homologues politiciens. Je suis venue uniquement avec des propositions. La première est pour moi cruciale, c'est la création d'emplois destinés et uniquement destinés aux jeunes. Ainsi, je propose la création de 500 emplois jeunes dès la première année de mon mandat en partenariat avec toutes les branches de la scolarité de Lunont. Qu'il s'agisse d'emploi dans les espaces verts, l'administratif, le commerce. Je souhaite vous donner à tous une vraie possibilité de vous insérer sur le marché du travail dès la fin de vos études.

Pendant toute la durée de vos études, nous vous proposerons un chèque culture de 50 osta par an. Il y aura bien évidemment des conditions à cela mais l'objectif est clair. Nous souhaitons que tous et toutes aient la même chance d'accéder à la culture. C'est une mesure phare à laquelle je tiens particulièrement car j'aurais aimé, lorsque j'étais plus jeune, moi aussi, pouvoir bénéficier de m'instruire de la même manière que mes autres collègues.

Malheureusement, il y a toujours des dérives sur certains points et il est de mon devoir, en tant que candidate à la mairie de Lunont, d'être intransigeante avec cela. Encore beaucoup trop d'étudiants bénéficient de logements sociaux alors que leurs revenus dépassent largement les conditions au détriment d'autres étudiants réellement dans le besoin. On donne également certains logements à des personnes qui ne participent aucunement à la vie publique de notre pays et de notre ville. Nous durcirons donc les conditions pour accéder aux logements étudiants et seront intransigeants.

Alors j'entends déjà les critiques. Ce sont des propositions originales venant d'une personne à droite de l'échiquier politique. Mais à ce que je sache, les politiques publiques ouvertes à tous et pour tous ne sont pas uniquement le monopole de la gauche. Etre Maire, c'est œuvrer pour tous ses habitants, peu importe leur couleur de peau, leur religion ou leurs revenus. Nous ne sommes pas là ici pour débattre d'idées de droite ou de gauche mais bien d'idées pour améliorer la vie quotidienne à Lunont. Et c'est ce pour quoi je me bat.

Ensemble, changeons Lunon! Vive Ostaria, Vive Lunont!

Avatar du membre
Robert Franchon
Messages : 11
Enregistré le : mer. 22 janv. 2020 15:55
Personnage : Secondaire

mer. 3 juin 2020 12:12

Le vieux Franchon, syndicaliste de métier avait été invité par le Lycée public pour faire une petite intervention. Une fois qu'il eut finit de parler de sa profession, quelques journalistes avertis lui sautèrent dessus pour l'interroger.

Gratte Papier : Alors Monsieur Franchon, vous avez accepté un poste de ministre ?

Robert Franchon : Tout à fait. Monsieur Endros m'a contacté pour le Ministère du Travail et de la Recherche, j'ai tout de suite accepté. Qu'un syndicaliste participe au gouvernement, c'est tout à fait nouveau et je suis fier d'en être. Je vais faire attendre une voix que l'Assemblée Nationale n'avait entendu que reléguée. En qualité de premier Ministre syndicaliste, je vais faire en sorte de redonner aux syndicats la place qui leur est dû en entreprise, en imposant la cogestion entre actionnaires, employés et syndicats, voire sans les actionnaires. Les syndicats ont un rôle de formation et d'organisation révolutionnaire de la société et de l'entreprise, c'était un projet que ne pouvait pas porter les ministres socialistes, que ne pouvait pas défendre les ministres communistes pour des raisons de stabilité gouvernementale, moi, je n'ai peur de rien et si ça rate, les gens apprendront qui sont leurs ennemis et qui sont leurs alliés. J'espère bien qu'aux prochaines élections, ils ne voteront pas pour leurs ennemis.

Pisseur d'encre : Et soutenez-vous les nouveaux référendums Chastain ?

Robert Franchon : Pourquoi je ne les soutiendrais pas ? Ce sont lois qu'on propose directement au peuple plutôt qu'aux représentants. Rien n'est plus démocratique. Aussi d'une part, je soutiens totalement l'initiative. Et les écosocialistes devraient faire de même, s'ils défendent réellement la démocratie directe, c'était leur slogan à une époque, je n'en plus aussi sûr aujourd'hui. D'autre part, je soutiens le contenu de ces réformes qui sont le programme commun de la Gauche. Ni plus, ni moins. Madame Bonneau a dit qu'elle voterait en faveur de ceux-ci, s'ils étaient à l'Assemblée Nationale. Elle se décrédibilise totalement. Si elle était cohérente avec ses idées, elle défendrait le référendum, qu'importe l'initiative. Le référendum est démocratique en soi. Et si elle était en accord avec ses principes, elle appellerait à voter pour. Parce qu'on s'en fout de si c'est un référendum ou une loi parlementaire qui améliore les conditions de vie. Ce qui est important c'est l'amélioration des conditions de vie, démocratiquement. Moi si j'étais adhérent au RSE, je quitterais le navire avant que Bonneau le fasse couler et reparte à son cabinet d'avocat comme a déjà fait.
Car là, elle est en train de couler son navire. Déjà que son bilan à la tête du pays est nul, en plus elle s'enterre en devenant anticommuniste, antisociale et antidémocrate.

Échotier folliculaire : Pourtant vous serez peut-être bientôt au gouvernement...

Robert Franchon : Et alors ? Je te demande si ça t'embête d'avoir une carte de journaliste si c'est lécher les bottes des ultrariches ? Tu crois que je ne lis pas les articles économiques de ton torchon ? Pour en revenir au sujet, ça ne me dérange pas. Et si Julien Chastain propose des référendums sur le Travail malgré mon ministère, je n'aurais rien de plus à dire. S'il soumet au peuple des projets référendaires en accord avec nos idées, alors ça me va, et même plus ça m'arrange. Oui ça m'arrange d'avoir la légitimité citoyenne de mon action, plutôt que la légitimité de représentants qui ne représentent que leur tendance du moment et retournent leurs vestes de-ci, de-là selon l'humeur. Si j'étais Bonneau, je serais honorée que le programme que j'aurais participé à créer soit soutenu et plébiscité par les citoyens. Mais voilà, Madame fait sa crise de gamine, elle veut faire semblant qu'elle est démocrate, qu'elle est pour le respect de la Constitution, gnagnagna. Chastain aussi respecte la Constitution, tout ce qu'il fait c'est dans les cadres de la Constitution, quand la Constitution lui dit de ne pas faire quelque chose, il respecte la Constitution. Madame Bonneau n'a rien fait pendant son mandat et c'est Chastain qu'on gronde d'avoir laissé la Primature vacante pendant 50 minutes ! C'est un peu fort de café tout ça. Ne rien faire quand on est sensée être Première ministre, ce n'est pas un peu anticonstitutionnel aussi ? Celle qui a manqué à ses devoirs c'est Bonneau, c'est l'opposition, c'est pas Chastain. Si Mâdame était démocrate, constitutionnaliste et tout ce qu'elle prétend être, elle aurait fait quelque chose durant ces quelques années. Du genre, accomplir ses missions, tenir ses promesses. Elle aurait soutenu le référendum qui est une mesure démocratique directe, comme ce qu'elle prétend défendre. C'est une hypocrite, que voulez-vous ? Maintenant laissez-moi, j'ai un civet de lapin à cuisiner.
Secrétaire Général de l'Union Générale du Travail

Avatar du membre
Lucie Calenbek-Sothriopositi
Président de la République d'Ostaria
Président de la République d'Ostaria
Messages : 55
Enregistré le : mar. 19 mars 2019 11:53
Personnage : Principal

Parti politique

sam. 27 juin 2020 10:48

Dans une campagne des plus calmes, Lucie Calenbek-Sothriopositi fut invité pour une intervention dans un think tank citoyen à tendance centre-droit qui organisait une réunion ouverte hébergée au Lycée Nicolas Barouele en partenariat avec l’Université de Lunont.
A la fin des interventions, Lucie prit quelques questions dans le public. La première question venait d’une étudiante, visiblement un peu timide :



Bonjour Madame Cablen...Calenbek... Sothoio...Sothropo... Madame la Députée. Je suis étudiante en relations internatonales et je voulais vous poser une question, puisque vous êtes au contact des actualités politiques… On parle assez peu de l’actualité internationale, pourtant on a été bien servi ces derniers jours avec l’affaire naroisienne, et j’avoue que dans cette campagne, j’ai du mal à cerner . Que pensez-vous de la diplomatie ostarienne ?

Diplomatie ? De quelle diplomatie parlez-vous ? Nous n’avons pas de diplomatie sous la république de Julien Chastain. Quelles sont nos trois dernières interactions diplomatiques ?
La guerre, la guerre, et la guerre. C’est amusant à dire mais terrible à constater. Récapitulons : la guerre avec la Sarande, qui nous a mené à quasiment attaquer un pays voisin avant de se partager une île qui auparavant été souveraine, comme on se partage une tarte. La guerre avec Arkadia, pour envahir la partie Sud de la Sarande et unifier l’île en vue de son annexion. La guerre avec Narois, parce que son dictateur est tombé et qu’apparemment, c’était une mauvaise nouvelle !

Trois fois, la guerre. Une fois sans même un vote d’une Assemblée qui ne l’aurait probablement pas soutenu. Deux fois sans aucune annonce à nos concitoyens. A chaque fois pour détruire des États et conquérir des territoires à la gloire du socialisme dictatorial. Nous avons plus souvent été en guerre sous cette mandature que jamais au cours de l’histoire de la République !
Nous avons subis la guerre civile parce que des puissances étrangères ont financés des armadas de mercenaires dirigées par un homme qui s’est empressé. Nous sommes en passe de devenir exactement ce genre de puissance. Partout où il y a conflit même démocratique, l’Internationale pointe le bout de son nez et n’hésite pas à envoyer des centaines de milliers d’hommes. La junte fasciste est renversée en Narois, Chastain riposte par une déclaration de guerre, malgré le fait que nous étions alliés.

Je défends la cohérence comme principale force dans notre politique diplomatique. On n’attend pas d’être en guerre pour discuter, on discute pour éviter la guerre. On n’attaque pas ses alliés, on coopère avec eux.
L’Entente des Nations est apparemment censée être refondée sur la base de la capitulation imposée par Ostaria à Narois. Une “Entente” entre un vainqueur et un vaincu… Les fondateurs de la véritable EdN n’en reviendraient pas. Plutôt que de reprendre la sémantique de nobles projets pour cacher des intentions impérialistes et belliqueuses, j’oeuvrerai à remettre Ostaria à sa juste place au sein des puissances de la région - je pense à un rapprochement avec l’Union Phoécienne, avec qui nos relations sont actuellement glaciales, mais surtout avec la nouvelle alliance laurésienne, la LENA, qui refuse l’alignement sur un bloc et s’oppose à l’impérialisme sous toute ces formes. Voilà quelles seraient les bases de mes projets, et vous constaterez que la paix y est une pièce maîtresse.

D’ailleurs pour reprendre à ce sujet, je parle souvent de la nécessité d’une réforme constitutionnelle pour que plus jamais nous n’ayons à supporter un incompétent pourri gâté à la tête de l’État sans possibilité. Je pense que nous devrions également intégrer à notre Constitution ce principe fondamental de la paix.
Mon principal combat désormais ne serait pas que de mettre un terme à ce changement de régime vers une autocratie qui se profile, mais d’assurer à nos enfants qu’ils héritent d’un pays en paix et non d’une nation détestée du reste du monde. Je proposerai d’écrire dans la Constitution que la République renonce perpétuellement à déclarer la guerre à un autre pays sauf si la Nation est victime d’une agression.
C’est une position qui déplaira aux partisans de notre puissance militaire mais je l’assume.
Ce n’est pas la faute de ceux qui ont battus la puissance de nos forces armées mais celle de celui qui s’amuse avec quitte à risquer notre perte. Notre Président était paré à attaquer une puissance nucléaire en capacité de nous atteindre. Notre Président était prêt à en décider seul, comme à son habitude, sans même avoir pris la peine de s’exprimer, sans même avoir fourni la moindre justification.

Notre puissance aujourd’hui est perçue comme à l’usage d’ambitions expansionnistes et hostiles. Nous n’avons plus de diplomatie, nous n’avons plus de diplomates, nous n’avons plus de traités, nous n’avons plus que des actions prises sur un coup de tête par un incapable dont on ose imaginer de qui il est à la solde.
Nous ne pourrons pas toujours compter sur des dirigeants responsables, mesurés, démocrates, compétents et préoccupé par l’intérêt du peuple, la dernière élection présidentielle en date l’a montré. Nous devrons également compter sur des arrivistes va-t-en-guerre irresponsables. Je préfère que nous sacrifions notre capacité offensive que de laisser Chastain sacrifier notre patrie dans la guerre que mène l’Internationale contre toute l’humanité.

Cette fois-ci, c’est un homme adulte aux cheveux grisonnants visiblement bien plus âgé, qui prit la parole, l’air goguenard.

Vous autres là, avec vos primaires, FRO, UL, UDP… pour moi c’est pareil… et comment je sais moi pour qui voter pour contrer le bloc PCO ? Et pourquoi vous au FRO vous sauriez mieux que les autres ce qui nous faut pour gagner ?

Oh mais le FRO n’est pas qu’un parti parmi d’autres, vous savez. Nous avons une histoire derrière nous. L’histoire d’un parti de résistance contre l’oppression et de combat pour la République et la liberté si chère qu’elle défendait. L’histoire d’un parti ne suffit pas à le rendre légitime ou à le rendre consistant, mais il donne une bonne indication sur ce qui motive ceux qui la constitue. Pour développer, parlons un peu de l’histoire du parti de la majorité actuelle, le PCO, anciennement MAP qu’hélas trop de vous doivent connaître.
Le MAP s’est réformé en PCO parce que le MAP était le parti de la tyrannique République Populaire d’Ostaria. Des années plus tard, ce PCO s’est allié avec des partis démocrates pour gagner une élection. Puis le PCO a décidé de faire chambre à part et de garder le pouvoir pour lui seul. Puis le PCO a décidé de faire fi du Parlement, de nommer un gouvernement fantoche aux tendances dictatoriales, et de tenter une réforme constitutionnelle visant à donner les pleins pouvoirs au gourou du PCO et à restaurer la République Populaire. Et maintenant, le PCO semble comme par magie s’être complètement aligné sur la doctrine diplomatique de Novgrad.

Je dis une chose : qui sait ce qui se passe dans le PCO ? Qui le contrôle ? Je ne peux pas croire qu’Ostaria et Novgrad, qui ne sont liés par aucun traité ni par aucune alliance ont soudainement décidés qu’il était dans leur intérêt de s’allier pour attaquer un pays qui commençait tout juste à se reconstruire après avoir renversé leur dictature. Le PCO gouverne dans l’ombre et en toute transparence. Le PCO décide seul de la guerre, de la loi, du gouvernement, le PCO ne s’allie à personne et le PCO ne rend de compte à personne.
Et c’est le Président de la République qui est le leader tout puissant du PCO, dont les membres agissent sans la moindre autonomie, aux ordres du grand leader - quand ce n’est pas Julien Chastain lui-même qui est à la manoeuvre.
Et qu’on ne me parle pas de sa marionnette, Constant. Un homme qui prétend travailler tout seul, sans la moindre influence du Président, alors que sa première action lors de cette nouvelle législature aura été de copier mot pour mot et de déposer en proposition de loi à l’Assemblée les textes qui avaient été rejetés par la majorité absolue des Ostariens. L’homme de paille par excellence donc.

Rires dans l'assemblée

N’oubliez pas, quand nous élirons un Président, nous n’élirons pas qu’un gouvernant, nous élirons un chef de l’État, un garant des institutions, et le représentant de notre pays auprès des autres nations.
La simple fondation du FRO est la preuve qu’à droite, nous avons déjà trouvé un terrain d’entente suffisant pour établir un programme cohérent et fidèle à nos principes et que nous pouvons nous unir, malgré nos différences, autour d’un idéal : la préservation et la défense de la République telle que voulue par ces fondateurs.
La question n’est pas de savoir qui défend la meilleure branche du programme de la droite, mais qui peut prétendre connaître les compétences nécessaires à cette tâche de sauvegarde de la République et à la direction de l’État.

Présidente, je m’engagerai à respecter en tout temps et en tout lieu les volontés du peuple, du parlement et de ma famille politique, dans cet ordre. A ne pas bafouer la décision du peuple si celui-ci rejette l’un de mes projets. A consulter l’opposition à chaque fois qu’un travail de concert sera nécessaire. A ne jamais recourir à la force armée qu’en cas d’absolue nécessité pour la sauvegarde de la patrie. A choisir avec soin mon Premier Ministre - ou ma Première Ministre, après tout, la plus illustre à ce poste était une femme - et à ne pas m’en servir comme d’un fusible ou d’un intermédiaire postal pour des projets de lois. A ne pas dissoudre l’Assemblée si une majorité, même d’un autre bord, peut être dégagée. A ressusciter les assemblées régionales que le PCO n’a eu de cesse.

Je m’engage à être la Présidente dont ce pays a besoin. Je m’engage à l’écoute et au respect de chaque ostarien, qu’il soit mon allié ou mon opposant.
Le programme que la droite élaborera avec ses alliés s’affinera après la victoire, après la formation d’une coalition majoritaire et d’un nouveau gouvernement. Mais ces engagements, je fais maintenant le serment sur mon honneur de m’y tenir - car il faudra bien une candidate dans cette course à Yguerne pour qui les valeurs morales ont encore de l’importance.


Répondre

Retourner vers « ★ Lunont »

  • Informations
  • Qui est en ligne

    Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 0 invité