Bienvenue en Ostaria !

__________________

Actualités - Derniers articles - Chirper™ - Journal Officiel


Petit guide pour les politiciens en herbe

NOUS SOMMES EN L'AN 169

__________________

Zénith de Menargues

Maire :
Population :
5 026 014
Avatar du membre
Alexandre de Bretigny
Premier Ministre
Messages : 470
Enregistré le : lun. 22 avr. 2019 10:46
Localisation : Lunont - Illonlieu
Personnage : Principal

Parti politique

dim. 8 sept. 2019 17:16

Alexandre de Brétigny avait décidé de tenir son second meeting de campagne à Menargues, la seule ville que la coalition MUR-PLC-LD n’avait pas remportée à l’issue de l’élection municipale de l’an dernier. Le candidat avait décidé de montrer que, lui aussi, il se consacrait à des propositions sociales, et voulait jouer sur le territoire de la gauche.

Évidemment, il savait très bien que le public serait moins nombreux qu’à Illonlieu, mais il avait d’autres atouts dans sa manche.

Lorsque la salle fut assez raisonnablement pleine, un chauffeur de salle prépara le public à l’arrivée du candidat sur l’estrade. Celle-ci fut accueillie par un tonnerre d’applaudissements et de « Brétigny président ! ».


Alexandre de Brétigny : Merci à tous !

Merci d’être venus si nombreux aujourd’hui. Je vois que Menargues n’est pas encore tout à fait conquise par la gauche !

Rires

Alexandre de Brétigny : Nous devons tirer des conclusions de cette défaite. J’y ai beaucoup réfléchi, et je pense que nous n’avons pas assez montré la dimension sociale de notre engagement. Le Mouvement Uni pour la République a toujours voulu que règne l’égalité entre tous les citoyens, en aidant les classes défavorisées à monter l’échelle de la société. C’est pour cette raison que nous avons eu particulièrement à cœur la réforme de notre système éducatif, pour permettre à tous de faire des études, sans distinction de milieu social. Le républicanisme, c’est avant tout l’égalité entre tous les citoyens !

Dans cette optique, je propose la création d’une bourse qui sera accordée à tous les étudiants scolarisés en Ostaria, afin que, d’où qu’ils viennent, ils n’aient jamais à se demander s’ils auront suffisamment d’argent pour réussir leur vie et avoir le destin qu’ils méritent !

Mais ce mandat sera aussi celui qui mettra enfin des règles, de vraies règles, sur l’emploi, pour assurer aussi bien les salariés que les employeurs. C’est pour cela que je propose de légiférer sur ce que peut et ne peut pas être un contrat de travail. Nous poserons un cadre légal sur les contrats à durée indéterminée et déterminée, en veillant à généraliser les emplois stables et durables, et instaurerons également des contrats de travail conditionnels, c’est-à-dire qui durent jusqu’à l’accomplissement d’un certain projet. Et, pour permettre une vraie intégration dans le monde du travail, nous proposons de créer des contrats d’apprentissage entre les employeurs et des jeunes à partir de 15 ans, car, aujourd’hui, quelle est la réalité ? Les jeunes n’ont pas d’expérience, et ont bien de la peine à se faire embaucher. Ils doivent alors jongler de petit boulot en petit boulot, avec de longues périodes d’inactivité. Et c’est cette situation que nous voulons stopper !

Au contraire, nous voulons accompagner les demandeurs d’emploi dans leurs démarches pour retrouver un travail. C’est ainsi que nous fonderons l’Agence pour l’Emploi, qui aidera chaque personne individuellement à retrouver une vie décente. Elle proposera des formations et assurera une centralisation des offres d’emploi qui correspondent aux qualifications du demandeur d’emploi.
En parallèle, elle proposera, en échange d’un travail d’utilité publique, par exemple le nettoyage d’un bâtiment, de l’aide aux devoirs pour les enfants, ou d’autres services que les mairies jugeront utiles, un salaire, qui, sans avoir vocation à être durable, permettra de poursuivre véritablement une vie digne.

Mais, pour éviter cette période de chômage, la meilleure solution est de combattre le mal à la source. C’est ainsi que nous encadrerons les licenciements en les limitant à des fautes professionnelles et des nécessités économique, tout en fixant des règles pour la démission ! Cependant, avant de nous concentrer sur ces malheureux licenciements et démissions, demandons-nous plutôt pourquoi ils arrivent. Beaucoup de salariés et d’employeurs connaissent une désillusion, en découvrant que leurs conditions de travail ne sont pas celles qu’ils avaient espérées. Nous instaurerons donc, au début du contrat de travail, une période d’essai durant laquelle les employeurs et salariés pourront découvrir ce à quoi ressemble leur collaboration, en pouvant revenir sur leur décision.

Nous imposerons également des conditions concernant les conditions de travail : des températures supportables, de l’eau en quantité suffisante, le droit de s’asseoir régulièrement, etc. Ces règles tiennent du bon sens !

Il faudra également mettre en place un vrai système de médecine du travail, qui tiendra compte de l’état de santé des salariés. En effet, ces dispositifs, s’ils existent quelquefois, ne sont pas généralisés, et restent totalement sous la tutelle des employeurs. Évidemment, il sera nécessaire d’agir afin de limiter les abus, mais vous pouvez nous faire confiance sur ce point.

Enfin, tout en garantissant l’ensemble de ces droits, nous augmenterons de 4 % le revenu net de l’ensemble des ménages ostariens, en divisant l’impôt de couverture maladie par deux ! En effet, celui-ci pèse lourdement sur les Ostariens, tout en étant utilisé dans des conditions totalement différentes de celles pour lesquelles il avait été créé, à l’origine. Nous recentrerons ces sphères autour la protection du salarié, en transformant l’impôt en cotisation sociale.

Vous l’avez compris, le Mouvement Uni pour la République a à cœur de défendre des mesures sociales et de protéger les salariés, contrairement à ce que veut faire croire la gauche. À la sortie de cette salle, vous trouverez des petits livrets qui expliquent l’ensemble de mon projet pour les 4 ans à venir. Je vous demanderai d’en prendre au moins un − plusieurs, si vous le souhaitez −, et de le donner à un de vos proches qui pense que le MUR ne fera rien pour eux. Expliquez-leur que le social n’est en rien l’apanage de la gauche.

Si nous agissons ensemble, nous parviendrons à faire triompher nos idées ! Pour défendre les Ostariens et défendre Ostaria !

Vive la République et vive Ostaria !

Le Premier Ministre s’offrit un bain de foule, tout en distribuant les fameux livrets à qui les voulait. Il fut vite aidé par plusieurs autres militants, pour qu’il puisse serrer la main de tous ceux qui voulaient lui dire un mot d’encouragement.
La plupart des spectateurs étaient repartis avec un livret. Il restait à savoir si cela suffirait à convaincre leurs proches ...
Alexandre de Brétigny
Premier Ministre
Ministre des Affaires Extérieures

Président du Mouvement Uni pour la République (MUR)
Ancien maire d'Illonlieu

Répondre

Retourner vers « ☆ Menargues »

  • Informations
  • Qui est en ligne

    Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 1 invité