Bienvenue en Ostaria !

__________________

Actualités - Derniers articles - Chirper™ - Journal Officiel

Devenir MJ ?

Petit guide pour les politiciens en herbe

NOUS SOMMES EN L'AN 173

__________________

Zénith de Menargues

Maire :
Population :
5 026 014
Avatar du membre
Alexandre de Bretigny
Président de la République d'Ostaria
Président de la République d'Ostaria
Messages : 543
Enregistré le : lun. 22 avr. 2019 10:46
Localisation : Lunont - Illonlieu
Personnage : Principal

Parti politique

dim. 8 sept. 2019 17:16

Alexandre de Brétigny avait décidé de tenir son second meeting de campagne à Menargues, la seule ville que la coalition MUR-PLC-LD n’avait pas remportée à l’issue de l’élection municipale de l’an dernier. Le candidat avait décidé de montrer que, lui aussi, il se consacrait à des propositions sociales, et voulait jouer sur le territoire de la gauche.

Évidemment, il savait très bien que le public serait moins nombreux qu’à Illonlieu, mais il avait d’autres atouts dans sa manche.

Lorsque la salle fut assez raisonnablement pleine, un chauffeur de salle prépara le public à l’arrivée du candidat sur l’estrade. Celle-ci fut accueillie par un tonnerre d’applaudissements et de « Brétigny président ! ».


Alexandre de Brétigny : Merci à tous !

Merci d’être venus si nombreux aujourd’hui. Je vois que Menargues n’est pas encore tout à fait conquise par la gauche !

Rires

Alexandre de Brétigny : Nous devons tirer des conclusions de cette défaite. J’y ai beaucoup réfléchi, et je pense que nous n’avons pas assez montré la dimension sociale de notre engagement. Le Mouvement Uni pour la République a toujours voulu que règne l’égalité entre tous les citoyens, en aidant les classes défavorisées à monter l’échelle de la société. C’est pour cette raison que nous avons eu particulièrement à cœur la réforme de notre système éducatif, pour permettre à tous de faire des études, sans distinction de milieu social. Le républicanisme, c’est avant tout l’égalité entre tous les citoyens !

Dans cette optique, je propose la création d’une bourse qui sera accordée à tous les étudiants scolarisés en Ostaria, afin que, d’où qu’ils viennent, ils n’aient jamais à se demander s’ils auront suffisamment d’argent pour réussir leur vie et avoir le destin qu’ils méritent !

Mais ce mandat sera aussi celui qui mettra enfin des règles, de vraies règles, sur l’emploi, pour assurer aussi bien les salariés que les employeurs. C’est pour cela que je propose de légiférer sur ce que peut et ne peut pas être un contrat de travail. Nous poserons un cadre légal sur les contrats à durée indéterminée et déterminée, en veillant à généraliser les emplois stables et durables, et instaurerons également des contrats de travail conditionnels, c’est-à-dire qui durent jusqu’à l’accomplissement d’un certain projet. Et, pour permettre une vraie intégration dans le monde du travail, nous proposons de créer des contrats d’apprentissage entre les employeurs et des jeunes à partir de 15 ans, car, aujourd’hui, quelle est la réalité ? Les jeunes n’ont pas d’expérience, et ont bien de la peine à se faire embaucher. Ils doivent alors jongler de petit boulot en petit boulot, avec de longues périodes d’inactivité. Et c’est cette situation que nous voulons stopper !

Au contraire, nous voulons accompagner les demandeurs d’emploi dans leurs démarches pour retrouver un travail. C’est ainsi que nous fonderons l’Agence pour l’Emploi, qui aidera chaque personne individuellement à retrouver une vie décente. Elle proposera des formations et assurera une centralisation des offres d’emploi qui correspondent aux qualifications du demandeur d’emploi.
En parallèle, elle proposera, en échange d’un travail d’utilité publique, par exemple le nettoyage d’un bâtiment, de l’aide aux devoirs pour les enfants, ou d’autres services que les mairies jugeront utiles, un salaire, qui, sans avoir vocation à être durable, permettra de poursuivre véritablement une vie digne.

Mais, pour éviter cette période de chômage, la meilleure solution est de combattre le mal à la source. C’est ainsi que nous encadrerons les licenciements en les limitant à des fautes professionnelles et des nécessités économique, tout en fixant des règles pour la démission ! Cependant, avant de nous concentrer sur ces malheureux licenciements et démissions, demandons-nous plutôt pourquoi ils arrivent. Beaucoup de salariés et d’employeurs connaissent une désillusion, en découvrant que leurs conditions de travail ne sont pas celles qu’ils avaient espérées. Nous instaurerons donc, au début du contrat de travail, une période d’essai durant laquelle les employeurs et salariés pourront découvrir ce à quoi ressemble leur collaboration, en pouvant revenir sur leur décision.

Nous imposerons également des conditions concernant les conditions de travail : des températures supportables, de l’eau en quantité suffisante, le droit de s’asseoir régulièrement, etc. Ces règles tiennent du bon sens !

Il faudra également mettre en place un vrai système de médecine du travail, qui tiendra compte de l’état de santé des salariés. En effet, ces dispositifs, s’ils existent quelquefois, ne sont pas généralisés, et restent totalement sous la tutelle des employeurs. Évidemment, il sera nécessaire d’agir afin de limiter les abus, mais vous pouvez nous faire confiance sur ce point.

Enfin, tout en garantissant l’ensemble de ces droits, nous augmenterons de 4 % le revenu net de l’ensemble des ménages ostariens, en divisant l’impôt de couverture maladie par deux ! En effet, celui-ci pèse lourdement sur les Ostariens, tout en étant utilisé dans des conditions totalement différentes de celles pour lesquelles il avait été créé, à l’origine. Nous recentrerons ces sphères autour la protection du salarié, en transformant l’impôt en cotisation sociale.

Vous l’avez compris, le Mouvement Uni pour la République a à cœur de défendre des mesures sociales et de protéger les salariés, contrairement à ce que veut faire croire la gauche. À la sortie de cette salle, vous trouverez des petits livrets qui expliquent l’ensemble de mon projet pour les 4 ans à venir. Je vous demanderai d’en prendre au moins un − plusieurs, si vous le souhaitez −, et de le donner à un de vos proches qui pense que le MUR ne fera rien pour eux. Expliquez-leur que le social n’est en rien l’apanage de la gauche.

Si nous agissons ensemble, nous parviendrons à faire triompher nos idées ! Pour défendre les Ostariens et défendre Ostaria !

Vive la République et vive Ostaria !

Le Premier Ministre s’offrit un bain de foule, tout en distribuant les fameux livrets à qui les voulait. Il fut vite aidé par plusieurs autres militants, pour qu’il puisse serrer la main de tous ceux qui voulaient lui dire un mot d’encouragement.
La plupart des spectateurs étaient repartis avec un livret. Il restait à savoir si cela suffirait à convaincre leurs proches ...

Avatar du membre
Christian Duroux
Président de l'Assemblée Nationale
Messages : 192
Enregistré le : mar. 19 mars 2019 16:38
Personnage : Principal

Parti politique

mer. 4 déc. 2019 18:59

Les élections municipales approchaient à grands pas. Dans ce contexte, Christian Duroux avait décidé de se déplacer à Menargues pour soutenir publiquement la liste du MUR. La ville était devenue, depuis la dernière élection municipale, un fief de la gauche, mais, dans un contexte de redynamisation de la droite, le parti avait l'ambition de faire tomber l'administration Chastain.

Le premier objectif était de mobiliser les électeurs de droite lésés par l'arrivée de la gauche à la mairie. Ainsi, il se rendit au zénith de Menargues où il avait rassemblé un nombre très raisonnable de sympathisants et de militants, peut-être moins nombreux, mais plus farouchement républicains que nulle part ailleurs.

À l'entrée de Christian Duroux sur l'estrade, donc, les applaudissements furent très fournis. Il n'en attendait pas moins d'eux.


Christian Duroux : Ménarguois et Ménarguoises !

Merci pour votre accueil chaleureux qui témoigne de votre attachement sans faille aux valeurs républicaines de notre pays !

Quatre années d'administration de gauche, et Menargues semble avoir été définitivement conquise ... Mais ce n'est que désormais que nous verrons le revers de la médaille de ce choix certes très beau, mais aussi très dangereux. Durant ces quatre années, donc, le maire, Julien Chastain, nous a gavés de belles paroles sur l'égalité et la protection des plus démunis. Il n'a pas arrêté de faire valoir ses propositions sociales, en profitant pour critiquer la méchante droite et le méchant centre, incapables d'aider le peuple, tant ils sont incompétents ou, même, corrompus !
Les communistes au pouvoir ont donc mis en place des mesures alléchantes, qui peuvent se résumer en une seule phrase : "Faisons pleuvoir l'argent sur le monde !" Et les conséquences n'ont pas tardé à se faire sentir ; en effet, il y a eu, d'un seul coup, beaucoup moins de pauvres, à Menargues. Tout allait pour le mieux, donc.

Tout ? Non ! Car d'où venait cet argent ? En partie d'une forte augmentation d'impôts qui a pesé lourd sur les ménages de la ville ! L'autre partie de l'argent provient d'une incroyable augmentation de la dette publique, qui sanctionnera durement, elle, la prochaine génération. Dans dix ou vingt ans, lorsque le MUR sera à nouveau à la tête de Menargues, la gauche pourra se vanter parce que, sous son mandat, il y avait moins de pauvres ! Ce sera, évidemment, en oubliant que les graves conséquences de la politique catastrophique des communistes apparaîtront un peu plus tard.
C'est une audacieuse stratégie des rouges pour toujours rejeter la faute sur le MUR ! Offrir des cadeaux à toute la population, en laissant les prochains maires payer la facture. Le pire, c'est que cette stratégie pourrait réellement fonctionner.

Il faut voir clair dans le jeu de Julien Chastain : la ville de Menargues est un tremplin pour la présidence de la République ! En maximisant les gains à court terme, en donnant des sous à tout le monde, il s'assure le soutien de ceux qui ne réfléchissent pas davantage. Alors montrez-lui que vous n'êtes pas des imbéciles ! Montrez-lui que vous voyez clair dans son jeu ! Montrez-lui que vous avez compris que son action n'est rien d'autre qu'une bombe à retardement cachée dans un bonbon !

Enfin, le danger communiste a été éloigné, sur le plan national, lors des dernières élections. Désormais, expulsons-la de Menargues à nouveau !

Vive la République, vive Ostaria et vive Menargues !

Duroux s'offrit un bain de foule. Il espérait fragiliser considérablement le PCO en mobilisant massivement ses électeurs ; tout cela afin de donner un coup fatal à la gauche. Peut-être pourrait-il même y avoir un second tour ?

Avatar du membre
Julien Chastain
Député
Messages : 210
Enregistré le : dim. 31 mars 2019 20:20
Personnage : Principal

Parti politique

mar. 10 déc. 2019 02:08

Le maire adulé de Menargues, Julien Chastain avait décidé de ne tenir qu'un meeting après la publication des décrets municipaux pour l'an 172, ainsi il pourrait avoir toutes les cartes en main pour annoncer son programme. Et ce qu'il avait ce soir. Il arriva au zénith pour saluer les foules et s'offrir le luxe d'avoir une ovation avant même d'avoir ouvert la bouche.

Les gens étaient en liesse, depuis le début de son mandat, à aucune élection il n'avait obtenu moins de la majorité absolue et espérait bien continuer ainsi.


Julien Chastain : Camarades !

Je souhaite vous parler aujourd'hui non de promesses alléchantes, non de fantasmagories ou de fantasmes, mais des faits et seulement des faits.
D'abord j'aimerais répondre aux mensonges de la droite soit disant républicaine qui est venue il n'y a pas dix jours déversé son lot de mensonges sur la politique municipale. Non, la mairie n'a eu aucune dette et ne s'est pas endetté d'un seul centime ! Tous les budgets de Menargues ont été à l'équilibre chaque année de ma mandature avec une taxation municipale qui a fluctué entre 10 et 7,5% du PIB municipal mais qui aura permis de grandes choses. La mairie n'a pas emprunté un seul centime à quiconque et n'a travaillé qu'avec son argent en dégageant toujours un surplus de fonds d'investissement.

De ces grandes choses, en voilà quelques unes, notre plan de rénovation des logements et de création de nouveaux logements aura permis à nos artisans de ne pas chômer, à nos charpentiers, plombiers, couvreurs et j'en passe d'avoir de quoi s'enrichir, tout en offrant à chacun et chacune un toit où dormir. L'objectif du zéro SDF n'est toujours pas atteint, mais nous avons fait passer le nombre de SDF de 17 000, sous l'administration inactive du MUR à 3 600 cette année après seulement quatre années de gouvernance à gauche et sans moyen de réquisition des logements, et seulement avec un budget équilibré.

D'ailleurs ce budget équilibré a toujours laissé des millions d'O$ta pour l'investissement municipal, ce qui permet notamment d'améliorer la qualité des crèches, des écoles, des administrations au de-là des besoins exprimés, cela permet de créer des parcs pour enfants, de soutenir les maisons de retraite, bref d'améliorer au quotidien, le quotidien de nos concitoyens. Nous avons un budget de fonctionnement revu largement à la hausse, il a augmenté de plus de 600 millions en quatre ans pour une administration au plus près de sa population, qui peut s'en occuper décemment avec des moyens raisonnables et je crois que dans cette salle, nul ne souffre plus d'une administration mise à sac par l'administration MUResque que nous nul n'a porté, mais supporté. Outre ce budget de fonctionnement réhaussé à sa juste valeur, celui des investissements aura permis aux écoles d'être mieux équipées, aux maisons de retraites de pouvoir organiser plus d'activités, comme pour les centres aérés, et au milieu associatif d'être largement soutenu par la mairie. Car il ne faut pas oublier que le budget d'investissement soutien les associations locales, les clubs de pétanque ou de couture qui forgent le lien social et animent nos villes.

Nous devons obtenir plus de moyens pour agir et le principal moyen qui nous manque c'est le temps. Dans tout autre domaine, nous excellons également, le taux de pauvreté à Menargues est passé de 9,2% à 0,1% jamais une seule ville n'a eu aussi peu de pauvreté, 5 026 habitants sur cinq millions, sur ce point-là, nous n'avons qu'un dernier effort à faire, qu'une année ou deux de gouvernance et nous aurons aboli la pauvreté dans la ville.

Et notre ville se rend de plus en plus dynamique avec cela, en effet, les étudiants qui profitent des revenus solidaires et des aides au logement entre autre, sont passés de 198 000 à 216 000 soit une arrivée massive de presque 20 000 nouveaux étudiants en quatre années. Et tout laisse à croire que ces jeunes gens qui font la force du pays, qui ont un logement de qualité offert par la Mairie jusqu'à ce qu'ils puissent s'en sortir, et bien que ces gens-là vont demeurer à Menargues pour que la ville fleurisse de fleurons nationaux.

Parlons des aménagements verts, pour le moment nous aidons à la rénovation énergétique au moins encore deux ans, tandis que nous faisons reverdir les zones qui ont été déboisé, désaffecté ou j'en passe. Ces actions ont permis à notre belle ville de ne pas s'enlaidir bien au contraire. Nous embellissons la Commune pour une vie meilleure. Si vous me permettez d'être de nouveau à la tête de cette Commune, je m'en commencerais la transition du tout voiture au tout propre. Ce sera une transition longue, il faudra au moins 6 ans pour la faire, mais nous la ferons, je n'abandonnerai pas mes projets pour me consacrer à mon entreprise -d'ailleurs je n'en ai même pas- et je n'abandonnerai pas la ville pour mettre la faute sur le prochain maire.

De toute manière si mon successeur devait être du MUR, il raterait forcément les transitions que j'ai lancé, il raterai nécessairement tout ce qui a de grand et de magnifique car il serait incompétent et incapable d'amener cela à la réussite. Bien sûr le prochain maire qui annulerai les logements gratuits et mettrai à la porte les pauvres, celui qui ôterais les aides sociales et les tickets en ne laissant aux démunis que les grandes distributions et les casseurs de prix capitalistes, celui qui déferait l'aide aux étudiants que je m'évertue à créer, bien sûr que ça serait entièrement de sa faute et qu'il démériterait et qu'il devrait en payer la facture. Mais tant que je serais à la tête de la mairie, tout ira pour le mieux, car je sais ce que je fais et je vois ce qu'il advient.

La seule chose que nous pouvons déplorer durant ma mandature c'est l'élévation subite lors de cette dernière année du taux de chômage qui a progressé de 0,3% par rapport au début de mon mandat. Face à cela, nous n'avons pas chômé et tout en ayant une taxation municipale à la baisse à 8% du PIB contre 9,5 et 10% en début de mandat, nous avons mis en place un grand plan d'emplois aidés qui permettront une lutte accrue contre le chômage puisque c'est ainsi 190 000 emplois qui seront financés intégralement par la Commune, 250 000 qui le seront en partie, pour un total de 440 000 emplois protégés par notre ville. Les emplois aidés municipaux sont une exclusivité à Menargues et qui porteront je l'espère, leurs fruits le plus tôt possible. Ces emplois aidés permettront aux boutiques d'artisans d'embaucher et de faire face aux grands distributeurs en plus de bénéficier des tickets à la consommation que nous conserverons aussi longtemps que nous serons au pouvoir. Ils permettront aussi ces emplois aidés de conserver les emplois dans les usines, de soutenir les agriculteurs qui n'en peuvent plus et d'aider les jeunes et les moins jeunes qui osent se lancer. C'est une protection pour toutes les entreprises autogestionnaires qui voudraient se lancer et que j'invite à venir demander des aides, car nous leur accorderons.

Pour les autres, comme nous le dit le MUR, pour créer de l'emploi, il faut baisser la taxation. C'est ce que nous avons fait, nous avons réduit de 17,4% notre budget de 168 à 172, passant d'un budget 12 652 990 245 O$ta de à 10 454 109 120 O$ta, tout en employant les emplois aidés pour créer de l'emploi et que notre réussite soit totale. Seulement quand on regarde la réalité, c'est après qu'on ait eu le plus petit budget à Menargues de 9 989 202 825 O$ta en 171 que le chômage a augmenté, donc il faudra plus qu'une réduction de taxe pour que l'emploi reprenne.
Mais la différence entre Menargues et le reste des villes aujourd'hui dominées par le MUR, c'est qu'à Menargues aucun travailleur n'est pauvre, dans les autres villes, il y a encore des taux de pauvreté supérieurs aux taux de chômage, c'est à dire que des travailleurs précarisés par le manque de vigueur du gouvernement ne gagnent pas leur vie, mais la perde en s'usant pour des clopinettes, en étant exploité et en ne gagnant pour le labeur pas assez pour vivre décemment.
A Menargues, tous les travailleurs mangent à leur faim, à Menargues, le travail permet de gagner sa vie, Menargues est la seule ville où la méritocratie prônée par le MUR existe réellement, car il suffit de travailler pour être assuré d'avoir des lendemains qui chantent.

Vous le voyez, ceux qui font de belles promesses qu'ils aient le pouvoir ou non, c'est le MUR, lorsque le Parti Communiste et l'Union de la Gauche gouvernent, ils agissent de façon pragmatique et cela fonctionne. Mais il nous faut plus, il nous faut bien plus. Il faut que partout dans les régions, dans les villes, le communisme et l'écosocialisme triomphent ensemble pour que les régions passent au rouge, au rose et au vert. Les régions acquises, nous pourrions avoir une portée d'action plus vaste et l'égalité, et le travail et la solidarité pourraient s'appliquer à de plus amples populations.

Alors que les projets de lois agricoles que j'avais déposé auraient dû permettre aux agriculteurs de relever la tête et alors que le Gouvernement n'agit toujours pas en ce sens, il ne faut pas perdre une miette du communisme municipal et mieux, il faut l'étendre à d'autres pour que nos frères et nos soeurs puissent en jouir, voir la fin de la misère et le début de la félicité universelle. Nous devons purger par le vote, nos mairies ostariennes de la horde de fripons qui l'a envahi et qui fait souffrir notre peuple !

Vive la République Socialiste ! Vive Ostaria ! Vive Menargues !

Chastain espérait étendre son influence locale afin de forger un bastion solide contre la droite et prouver de plus belle qu'une autre voie est possible et que la voie du communisme permet de vivre de meilleurs soleils et de plus favorables jours que le chemin chaotique suivi par les Duroux et les de Brétigny.

Répondre

Retourner vers « ☆ Menargues »

  • Informations
  • Qui est en ligne

    Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 1 invité